Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – À l’instar de ce grossiste de Tarascon, qui a revendu sous le logo tricolore des centaines de tonnes de légumes espagnols, beaucoup de revendeurs véreux pratiquent la «francisation».

Fraudes Melons de Cavaillon, abricots rouges du Roussillon, asperges des Landes… Le goût des vacances pour les consommateurs, celui des arnaques pour les revendeurs véreux.

Certains négociants jouent sur les mots pour tromper leurs clients, comme «fruits du soleil» écrit en gros sur des emballages de pêches et de nectarines. En tout petit, en bas à droite, il est inscrit «provenance Espagne». Une expérience vécue par Raphaël Martinez, directeur de la Fédération des fruits et légumes d’Occitanie, région où est produite la moitié des pêches et des nectarines françaises.

Dans d’autres cas, la supercherie est pire: certains grossistes font passer pour de l’origine «made in France» des fruits et légumes qui ont poussé hors de nos frontières. Une pratique illégale appelée «francisation». Elle consiste, pour une entreprise, à acheter des produits à l’étranger à bas prix pour les revendre plus cher en prétendant qu’ils sont issus de la production française. «L’origine France bénéficie d’une prime

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les arnaques sur l’origine française des denrées alimentaires en plein boom