Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L’épée de Damoclès plane pour quelque 350 centres commerciaux, dont la surface est supérieure à 20.000 m2.

A priori, l’entrée d’un centre commercial n’est pas soumise à la présentation du passe sanitaire… sauf si le préfet en décide autrement, en raison de la situation sanitaire locale. Cette épée de Damoclès plane, à partir de ce lundi 9 août, sur les établissements les plus gros – quelque 350 centres commerciaux sur 840 en France, dont la surface est supérieure à 20.000 m2. C’est le cas de Cap 3000, à Saint-Laurent-du-Var, des sites de Vélizy 2 et Parly 2 en banlieue parisienne, de la Toison d’Or à Dijon mais aussi de grands magasins comme les Galeries Lafayette à Paris.

«Nous espérons qu’il n’interviendra que lorsque ce sera nécessaire et pas par précaution», anticipe Emmanuel Le Roch, le délégué général de Procos, une fédération d’enseignes. Pour les centres commerciaux, ce risque est préférable à l’application du passe dans tous les centres, comme initialement prévu par le projet de loi, mais retoqué par le Conseil d’État. Et plus encore à la fermeture, qu’ils n’ont que trop connue depuis

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

les préfets décideront des filtrages à l’entrée des centres commerciaux