Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ENQUÊTE – Le ministère de l’Intérieur s’inquiète de la multiplication de ces soirées lycéennes improvisées et massives. Débordements, vandalisme… Le climat est souvent tendu avec la police.

«En battant l’équipe de France, les Suisses ont mis un peu d’ordre à Paris», s’amuse un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. La défaite des Bleus en Coupe d’Europe de football a visiblement refroidi les ardeurs des anonymes qui se promettaient, ce soir-là, sur les réseaux sociaux, de fêter sans retenue la qualification tricolore. «Ils devaient se donner rendez-vous rue Princesse et sur le Pont de Sully», confie une source préfectorale.

Les inévitables soirées de fête de la fin du bac ce vendredi étaient également redoutées. Le ministère de l’Intérieur sait que tout peut arriver en cette période de post-confinement, propice à de nouveaux rassemblements festifs aux allures d’exutoires et prétexte à tous les débordements.

Soirées mouvementées

Chacun a en mémoire les dernières soirées Projet X, du nom d’un film américain de 2012 centré sur une fête de jeunes qui dégénère. Le 12 juin, celle des Invalides, dans la capitale, avait obligé les forces de l’ordre à intervenir et le procureur de la République

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les soirées Projet X, ces rassemblements festifs qui dégénèrent