Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RÉCIT – La validation par le Conseil constitutionnel de l’essentiel du texte de loi a exacerbé la fronde des opposants qui vont défiler samedi. Les forces de l’ordre sont en alerte.

Avis de tempête au cœur de l’été. Depuis la validation, ce jeudi, par le Conseil constitutionnel de l’essentiel de la loi sanitaire, un fort vent de colère souffle parmi une frange de la population. Sur les réseaux sociaux, l’avalanche de messages ne faiblit pas et les mots ne sont pas assez durs pour fustiger le «passe de la honte», la «dictature» qui s’installerait en France ainsi que la «trahison du peuple par les institutions».

Les appels se multiplient pour descendre dans la rue ce samedi et y mener une «insurrection populaire». Comme à l’occasion des fiévreuses manifestations contre la loi travail en 2016 ou celles des «gilets jaunes», l’outrance verbale se conjugue aux rêves de «grand soir».

Au ministère de l’Intérieur, les analystes suivent la situation comme le lait sur le feu. Les services de renseignement observent que, week-end après week-end, les appels à la mobilisation se font exclusivement sur les réseaux sociaux et en particulier via des messageries instantanées de type WhatsApp.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

l’exécutif se prépare à un vent de colère