Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le 2 juillet 2021, à Lourdes, un homme, J.L.A., a violemment frappé l’un de ses voisins, J.A, unijambiste qui se déplace en fauteuil roulant. Il comparaissait apparence le tribunal.

Les deux hommes n’en sont pas à leur première altercation et sont tous deux absents à l’audience, la victime étant représentée par son avocat Me Stéphane Jaffrain.

Le 2 juillet 2021, la victime se rend chez un voisin pour prendre l’apéritif. Alors qu’il était installé sur le canapé, J.L.A arrive à son tour et lui flanque deux coups de poing au visage, si fort que J.A, va tomber à la renverse comme l’explique la présidente du tribunal : "Le prévenu était alcoolisé, il a 15 mentions au casier judiciaire, il était assis sur une chaise et la victime sur le canapé. L’agresseur a dit que J.A. l’aurait traité de "Fils de p.." et que c’est pour cela qu’il l’aurait frappé".

Des propos qui n’ont été corroborés par aucun témoin. L’avocat de la victime, Me Jaffrain, a rappelé que son client est unijambiste : "C’est une personne vulnérable, il n’y a pas de doute. Tout ce petit macrocosme vit à la cité Ophite et monsieur A. vit avec sa maman et il faut l’objet de brimades de la part du prévenu." 

L’avocat en a profité pour relater une autre bagarre plus grave qui s’est déroulée plus tard entre les deux hommes, toujours au même endroit : "Quelques mois après cette affaire, fin 2021, il s’en est pris une nouvelle fois à mon client et celui-ci, se sentant agressé, a réagi en sortant un couteau avec lequel il s’est défendu. Il ne faut pas s’attaquer à des personnes vulnérables, je protestation un préjudice moral pour mon client à hauteur de 2 000 euros."

La procureure a expliqué qu’elle serait "rapide sur ce dossier, les faits sont reconnus, la victime est handicapée, ce que le prévenu n’ignorait pas. C’est un contexte particulier et nous sommes assez limités en termes de peine. C’est la deuxième fois qu’il ne se présente pas, il a été condamné trois fois pour violences. Je requiers 4 mois de prison assortis d’un sursis probatoire de 18 mois et une obligation de soins".

L’homme a été condamné à 4 mois de prison avec un sursis probatoire de 6 mois et devra verser 500 euros à sa victime au titre des dommages et intérêts.

Lourdes : alcoolisé, il frappe son voisin handicapé