Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

«On le fait au nom de la solidarité nationale». Les mots sont souvent les mêmes pour les 240 blouses blanches qui décollent ce mardi en direction de la Martinique et la Guadeloupe pour rejoindre les hôpitaux submergés par une nouvelle vague épidémique.

«Quand on peut aider, on n’hésite pas». Valentin, la trentaine, fume une dernière cigarette place Denfert-Rochereau avant d’embarquer dans la navette qui doit l’emmener à l’aéroport d’Orly. Dans moins de 3 heures, l’aide-soignant sera dans l’avion en direction des Antilles. Où va-t-il atterrir ? Dans quel établissement sera-t-il affecté ? «Je ne peux rien vous dire, tout s’est fait très vite. On verra bien», sourit la blouse blanche venue de Tours, qui a reçu la veille au soir la réponse de son CHRU pour prêter main-forte aux services hospitaliers de Guadeloupe et Martinique, confrontés à une quatrième vague d’ampleur. «Il fallait combler le manque, je me suis proposé. Après tout, le travail de réa, c’est le même partout : aide à la personne, hygiène, mobilité…», égrène le Tourangeau.

Venus de tout l’Hexagone, 240 médecins généralistes, anesthésistes réanimateurs, urgentistes, aides-soignants et cadres de santé, vont embarquer dans deux avions en direction de l’Outre-mer.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

plus de 200 soignants rejoignent les Antilles pour aider leurs confrères qui «appellent à l’aide»