Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publié initialement sur le blog de Médiapart mais retiré mercredi 4 août, le billet était censé démontrer la dangerosité des vaccins contre le coronavirus.

Laurent Mucchielli est-il antivaccin ? «Sûrement pas, ces termes servent à nous disqualifier», se défend-il quand on le lui demande. Contacté par Le Figaro en début de semaine, le sociologue et directeur de recherche au CNRS, bien connu dans la galaxie «vaccino-sceptique», explique qu’il n’est pas d’accord avec «la religion officielle». Et la polémique qui est née de son article ? «L’ampleur ne m’étonne pas, je mets le doigt où ça fait mal».

Le sociologue a publié le 30 juillet dernier un billet sur le blog de Mediapart qui n’est pas passé inaperçu. Si le blog est «l’espace de libre contribution des abonnés de Médiapart dont les contenus n’engagent pas la rédaction», comme on peut le lire à la fin de chaque contribution, le site d’information a décidé, mercredi 4 août, de retirer le billet en question. «Saisis par près d’une centaine d’alertes venues notamment de professionnels de la santé […] et après avoir pris le temps de la réflexion, nourri d’échanges collectifs de notre équipe où les avis étaient partagés, nous sommes arrivés à la conclusion que ce dernier billet de Laurent Mucchielli contrevenait à notre Charte de participation qui prohibe la diffusion de fausses nouvelles», justifie la rédaction dans un article expliquant sa décision.

Quelles sont les fausses nouvelles en question ? En se basant sur des données pharmacologiques en France et à l’étranger, le sociologue essaie de démontrer que le nombre d’événements indésirables déclarés – et notamment de décès – est plus important pour les vaccins anti-Covid à nouvelles technologies (Pfizer et Moderna pour l’ARN messager, AstraZeneca et Janssen pour l’adénovirus) que pour les vaccins classiques. Le chercheur conclut le billet en martelant que cette «mortalité vaccinale […] devrait conduire à suspendre d’urgence la campagne vaccinale».

À VOIR AUSSI – Passe sanitaire, vaccination obligatoire: ce que valide le conseil constitutionnel

Des effets non imputables à la vaccination

Le chercheur dénonce aussi pêle-mêle dans son billet le «pseudo-journalisme qui cherche à dénier la réalité des effets indésirables» et la «dissimulation» de ces données, «criminelle vis-à-vis de la population». Les réactions critiques ont été nombreuses sur les réseaux sociaux. Plusieurs internautes n’ont pas manqué de préciser que les données pharmacologiques, loin d’être dissimulées, sont disponibles sur le site de l’Agence nationale de santé du médicament. L’ANSM publie en effet deux fois par mois un rapport des centres régionaux de pharmacovigilance avec toutes les données concernant la vaccination anti-Covid, dont le sociologue reprend lui-même les chiffres.

D’autres ont également souligné que les effets indésirables déclarés à ces centres régionaux – et pointés par le chercheur – ne sont pas forcément imputables à la vaccination. C’est d’ailleurs ce que précise l’ANSM dans ses rapports, remettant en question toute l’argumentation du sociologue.

Le CNRS prend ses distances

La dépublication de cet article par Médiapart n’a pas manqué de faire réagir le concerné, qui a dénoncé sur Twitter «une censure».

Hier soir, le CNRS a également pris ses distances avec le sociologue : «Laurent Mucchieli s’exprime à titre personnel sur le sujet. Le CNRS se dissocie de cette prise de position».

Le billet a été republié sur France Soir en intégralité. Ce site fait partie de la galaxie «vaccino-sceptique», au même titre que le site RéinfoCovid, pour lesquels le directeur de recherche du CNRS a déjà contribué à plusieurs reprises.

Initialement chercheur au CNRS dans les domaines de la sécurité et de la délinquance, Laurent Mucchielli a publié près d’une centaine de billets sur le blog de Médiapart depuis sa première contribution en 2009. Depuis le début de la pandémie, il prend la parole sur des questions de santé et de médecine à propos desquelles il n’a pas de compétences particulières.

À VOIR AUSSI – «Chacun y va avec son petit égo»: Michel Onfray charge les anti-vaccins

polémique après la publication d’un billet par un sociologue du CNRS