Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce réfugié rwandais, qui a affirmé lundi 9 août avoir assassiné le père Olivier Maire, était notamment connu des autorités pour avoir incendié la cathédrale de Nantes en juillet dernier.

Il s’est déplacé lundi 9 août au matin à la gendarmerie de Vendée pour dénoncer son crime. Emmanuel Abayisenga, un réfugié d’origine rwandaise, a affirmé aux militaires être l’auteur de l’assassinat d’un prêtre âgé de 60 ans, le père Olivier Maire. Le religieux, issu de la communauté des missionnaires Montfortains de Saint-Laurent-sur-Sèvre, l’avait accueilli par charité.

Emmanuel Abayisenga était déjà connu de la justice. Il est à l’origine de l’incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020. Il avait été placé en détention provisoire puis libéré sous contrôle judiciaire.

Âgé de 40 ans et de confession catholique, il était, au moment de l’incendie de la cathédrale à Nantes, chargé de fermer la cathédrale, en tant que bénévole du diocèse de Nantes. Visé par une obligation de quitter le territoire français (OQTF), Emmanuel Abayisenga était soutenu par le diocèse, qui l’accompagnait depuis environ quatre années dans sa demande d’aide de renouvellement de visa. «Nous sommes atterrés», a réagi auprès du Figaro le diocèse, qui assure n’avoir eu aucune nouvelle depuis l’incendie de la cathédrale de Nantes.

Après l’incendie de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, il avait été accueilli par les Montfortains, notamment par le père Olivier Maire, supérieur général des Montfortains.

Les enquêteurs ont par ailleurs indiqué au Figaro qu’ils ne privilégiaient pas la piste d’une radicalisation, mais plutôt l’hypothèse de problèmes psychiatriques. Contactés par Le Figaro, les missionnaires Montfortains n’ont pas souhaité s’exprimer, soulignant «la folie» qui règne actuellement au sein du monastère.

Prêtre assassiné en Vendée : le parcours d’Emmanuel Abayisenga