Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

INFOGRAPHIE – Accentuée par la crise sanitaire, l’envie d’exode se matérialise par de nombreuses demandes de mutation.

La tendance n’est pas nouvelle, mais elle s’est accentuée. À peine les jeunes professeurs des écoles ont-ils réussi le concours en Île-de-France qu’ils demandent à changer d’académie. À peine ont-il emménagé à Créteil qu’ils rêvent de littoral. Selon les statistiques du ministère de l’Éducation nationale, il y avait, en 2020, 56 fois plus de demandes de sortie du département de Seine-Saint-Denis que d’entrées… À l’inverse, dans les Hautes-Alpes, on comptabilise 76 fois plus de candidats à l’installation qu’au départ.

Vice-président du Syndicat national des écoles (SNE), Pierre Favre raconte une anecdote éclairante: «Je me suis trouvé saisi par une jeune collègue qui venait de réussir le concours dans le 93, indique-t-il. Elle voulait savoir comment retourner tout de suite dans les Pyrénées-Orientales. Son mail était truffé de fautes d’orthographe! Je lui ai répondu qu’elle aurait plus vite fait de démissionner et de se présenter directement dans sa région natale…» Le choix de l’académie

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Quand les instituteurs rêvent de littoral