Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – À trois ans des Jeux olympiques à Paris, une large majorité des Français ont une mauvaise image du fleuve.

«De ce que j’ai vu, la Seine n’est pas une poubelle ambulante, comme on en a l’image.»Arthur Germain, jeune sportif de 20 ans, a descendu le fleuve à la nage depuis le 6 juin. Arrivé au Havre ce samedi après plus de 770 kilomètres parcourus depuis Source-Seine (Côte d’Or), le fils de la maire de Paris, Anne Hidalgo, dresse un bilan positif de l’état du cours d’eau. «Avant Troyes, il y a une vraie culture de la baignade dans la Seine. Puis l’Aube se jette dans le fleuve, et le trafic de péniches devient plus important, se baigner est plus difficile», a-t-il observé, tentant de redorer le blason d’un fleuve qui a mauvaise réputation. «Polluée», «sale», «dangereuse», «malodorante»: 70 % des Français en ont une mauvaise image, et seulement 12 % aimeraient s’y baigner, selon un sondage Ifop du 1er juillet 2021.

Ce désamour pourrait s’atténuer ces prochaines années, notamment grâce aux Jeux olympiques organisés à Paris en 2024. «Nous allons proposer que l’épreuve de triathlon puisse se dérouler

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Se baigner dans la Seine en 2025, une promesse à l’issue encore incertaine